.
.

Hypnose

Grande question ! Le mot client peut faire frémir d’indignation car il est connoté « tiroir caisse », entends-je souvent. Dit-on client ou patient ? Réponse : client.

Oui car c’est la loi ! Le micro-entrepreneur des métiers du bien-être et des médecines parallèles n’est pas considéré, pour le moment, comme un professionnel de santé.

De fait, il n’est pas autorisé à utiliser l’ensemble du vocabulaire qui traduit une action de guérir, réservé exclusivement aux professionnels de santé. Son utilisation est considérée par la DGCCRF comme une infraction à la réglementation quant à la pratique illégale de la médecine. Sévère n’est-ce pas ? Même si cette appropriation du mot « patient et patientèle » par le corps médical est discutable, cela reste la loi.

J’ajouterais un autre argument en faveur de l’utilisation du mot client. L’usage du libellé client me convient parfaitement en ce qu’il est représentatif de l’esprit demandé en hypnose : être acteur de son changement et non pas passif comme l’induit le mot « patient ». Venir voir un hypnothérapeute c’est être décisionnaire et acteur de son changement : je viens acheter une solution qui m’a demandé au préalable un choix mûrement réfléchi.

C’est pour quoi la perception du mot client fait moins référence à une supposé vénalité du prestataire de service mais davantage à la posture décisive d’acteur au changement de la part du sujet.

Vous m’entendrez donc dire : mes clients, ma clientèle…

Savez-vous comment se déroule une séance d'hypnose ?


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.